Souvenez-vous : en avril 2011, Garen Meguerian, une Américaine de Pennsylvanie, avait déposé une plainte contre Apple, dénonçant une politique laxiste en matière d’achats in-app, autrement dit de transactions permises à l’intérieur d’applications de jeux pour enfants et permettant d’en enrichir le contenu. En effet, sa fille de 9 ans avait quelque peu abusé des achats de monnaie virtuelle dans les applis de simulation Zombie Cafe, Treasure Story, ou encore City Story… Facture : 200 dollars pour Garen Meguerian. Gloups.

Rejointe par plusieurs autres parents lésés de la même manière, l’Américaine avait pu déposer une action en nom collectif devant la Cour Américaine de Californie du Nord. Cette dernière accusait Apple de se garder de prévenir convenablement les parents quant aux achats proposés dans les applications et de ne pas protéger suffisamment la procédure de transaction. A ce titre, le collectif réclamait des dommages non spécifiés auprès de la marque à la pomme :

« Ces jeux sont hautement addictifs et conçus dans ce but délibéré, et ont tendance à inciter les enfants à acquérir de grandes sommes en monnaie virtuelle, équivalant à au moins 100 dollars. »

Précisons qu’à l’époque, il suffisait que le mot de passe iTunes ait été entré dans le quart d’heure précédant l’achat in-app pour que celui-ci soit autorisé. Dès lors, quand on achetait une application pour son enfant, on entrait son mot de passe pour la télécharger, puis passait la tablette au bout ‘chou… qui lui pouvait s’en donner à cœur joie pendant quinze minutes.

Depuis, Apple changé ses pratiques avec iOS 4.3 et rendu obligatoire la saisie du mot de passe pour chaque transaction, mais pour beaucoup de parents, il était trop tard…

L’accord au civil qui vient d’être accepté par les parties (mais qui doit encore être finalisé et entériné par un juge) prévoit donc qu’Apple offre 5$ sous forme de carte iTunes (un avoir sur l’App Store en somme) à tout parent s’étant vu délester de moins de 30$ ; au-delà de cette somme, un remboursement total sera versé, à condition de prouver que l’enfant ait été en mesure d’acheter sans autorisation parentale les items des applications concernées.

Ainsi, Apple devra envoyer des mails à 23 millions d’utilisateurs iTunes potentiellement touchés, autrement dit à tous ceux qui avaient effectué des achats in-app dans les applications visées par la plainte, afin de leur proposer ces compensations.

La manœuvre coûtera la coquette somme de 100 millions de dollars (75 millions d’euros) à la firme de Cupertino. Sacré revers, même pour un tel géant !

Le volet de la plainte accusant Apple de ne pas avoir suffisamment averti que certaines applications créées par des tiers et gratuites au téléchargement disposaient de contenus payants doit encore être approuvé, normalement le 1er mars.

Rappelons pour notre part que nous prenons la sécurité et le respect de la vie privée très au sérieux chez EUROPA-APPS. Nos applications ne contiennent pas de publicité, n’utilisent pas d’outils de statistiques ou de collecte de données sur vos enfants, et ne contiennent pas d’achats dits « in-app » pour débloquer certaines fonctionnalités… Faites-vous plaisir !

Tagged with:
 

Comments are closed.